Stressé ou anxieux ? 10 plantes adaptogènes pour faire face au stress chronique

surpoids et obésité

La vie est pleine de stress. Le stress est une réalité de la vie à laquelle nous devons tous faire face. Le stress affecte tout le monde, jeunes et vieux, riches et pauvres. Le stress peut prendre différents visages en fonction de notre perception de la vie. Même nos pensées négatives ou obsessionnelles peuvent nous causer du stress et rendre le corps humain plus vulnérable aux maladies.

A chacun son stress

Un stress se définit comme une agression que peut subir un organisme, qu’il s’agisse de facteurs physiques, psychiques ou sensoriels tels qu’un traumatisme, un choc chirurgical, un choc thermique, une maladie infectieuse, une émotion, une humiliation, un placement soudain dans une maison de retraite, un décès, un surmenage, un licenciement. Cette réponse est stéréotypée, elle déclenche chaque fois les mêmes mécanismes d’adaptation au niveau du cerveau et emprunte les mêmes voies neuro-immuno-endocriniennes. La réponse biologique est toujours la même, excepté sur le fait que le cerveau est capable de distinguer si une situation est stressante ou non en fonction de sa propre sensibilité.

La sensibilité au stress varie d’une personne à l’autre. Un stress qui déclenche une réaction, un mal être ou une maladie chez une personne peut ne rien causer chez une autre personne. Parmi les facteurs qui influencent la susceptibilité au stress figurent la vulnérabilité génétique, nos expériences passées, le type de personnalité, le soutien social, et surtout l’état inflammatoire de l’organisme.

Lorsque nous sommes confrontés à un problème, nous évaluons la gravité du problème et déterminons si nous avons ou non les ressources nécessaires pour faire face au problème. Si nous pensons que le problème est grave et que nous n’avons pas les ressources nécessaires pour y faire face, nous nous percevrons comme stressés. C’est notre façon de réagir aux situations qui fait une différence dans notre bien-être général et notre vulnérabilité à la maladie.

Eustress et distress

Tout est stress : les coups durs, un divorce, une maladie, des événements heureux. C’est lui qui nous permet de réagir rapidement face à une situation périlleuse, qui nous pousse à réaliser nos ambitions. D’ami qui stimule, le stress peut devenir un ennemi qui paralyse, selon l’usage qui en est fait, la façon dont il est ressenti et s’il dure trop longtemps.

Tout le stress n’a pas d’effet négatif. Lorsque le corps tolère le stress et l’utilise pour surmonter la léthargie ou améliorer les performances, le stress est positif, sain et stimulant. Hans Selye, l’un des pionniers de l’étude moderne du stress, l’a appelé « eustress ». Le stress est positif quand il nous oblige à nous adapter et donc à augmenter la force de nos mécanismes d’adaptation, nous avertit que nous ne nous en sortons pas bien et qu’un changement de style de vie est justifié si nous voulons maintenir une santé optimale. Ce stress stimule l’action, donne à l’athlète un avantage concurrentiel et à l’orateur public l’enthousiasme de se projeter de manière optimale.

Le stress est négatif lorsqu’il dépasse notre capacité à faire face, fatigue les systèmes corporels et provoque des problèmes comportementaux ou physiques. Ce stress nocif, appelé « distress », produit une réaction excessive, de la confusion, une faible concentration, une anxiété de performance et entraîne généralement une performance inférieure à la normale. La figure 1 illustre ce concept.

Stress : eustress et distress

Les causes de stress

Face à une situation nouvelle ou menaçante, le stress est un mécanisme d’adaptation salutaire. L’hypophyse stimule les surrénales afin de produire de l’adrénaline et du cortisol, deux neuromédiateurs contribuant à mobiliser toute l’énergie et à donner le meilleur de soi. Si l’énergie déployée permet de sortir de la situation menaçante de façon satisfaisante, le taux de cortisol redescend et le calme revient. Si, au contraire, l’effort fourni n’est pas gratifiant, le travailleur ressent par exemple un manque de reconnaissance en rapport à son investissement, et une phase de stress prolongé s’installe. Le taux de cortisol ne redescend plus, le sujet est constamment sous pression et développe divers symptômes physiques et psychiques.

Le facteur critique associé au stress est son effet chronique au fil du temps. Les facteurs de stress chroniques comprennent les tracas quotidiens, la frustration des embouteillages, la surcharge de travail, les difficultés financières, les disputes conjugales ou les problèmes familiaux. Il y a, bien sûr, beaucoup plus de choses qui peuvent causer du stress, mais ce sont les facteurs de stress couramment rencontrés dans la vie quotidienne. La colère refoulée que nous maintenons en nous-mêmes envers l’une de ces situations, ou la culpabilité et le ressentiment que nous avons envers les autres et nous-mêmes, produisent tous les mêmes effets sur l’hypothalamus. Certaines personnes, au lieu de décharger ce stress,  le rumine ou l’enfouie à l’intérieur d’eux mêmes et ses effets deviennent cumulatifs.

Les symptômes les plus fréquents du stress

Les symptômes les plus fréquents du stress sont :

  • Les troubles digestifs tel que la sécheresse de la bouche, les spasmes de l’œsophage, les ulcères à l’estomac, une mauvaise digestion allant jusqu’à des phénomènes de perméabilité intestinale et d’allergies alimentaires ;
  • Les troubles neuroendocriniens tels que la fatigue, les troubles de la mémoire, l’anxiété, la nervosité, l’irritabilité, les troubles du sommeil ;
  • Les troubles de la sphère génitale: troubles sexuels, les problèmes gynécologiques retard ou interruption des règles, l’impuissance, la diminution de la fertilité ;
  • Les troubles musculosquelettiques tel que douleurs musculaires, tendinites, sciatiques ;
  • Les troubles immunitaires tel que les infections à répétitions, les maladies auto-immunes voir les cancers ;
  • Les troubles cardio-vasculaires et les troubles cutanés.

Cette situation peut perdurer jusqu’à ce que les surrénales soient complétement épuisées avec entre autres conséquences une hypersomnie, une inertie et un abandon des forces typique au Burn-out. Le travail et le milieu familial sont les causes les plus fréquentes de stress et de Burn-out. Mieux connaître les ressorts du stress, c’est assurément un premier pas pour l’apprivoiser.

Le stress chronique épuise le corps ouvre la voie à une cascade de problèmes de santé

Le stress aigu, bénéfique a été conçu pour être une réponse temporaire de « combat ou de fuite » à des facteurs de stress occasionnels alors que le stress chronique est un mécanisme d’adaptation permanent à un stress constant et incessant. Le stress est nécessaire à la vie, mais lorsqu’il dépasse un certain seuil ou s’il perdure trop longtemps dans le temps, il peut être à l’origine de déséquilibres neuroendocriniens qui, à terme, peuvent avoir une influence néfaste sur l’ensemble de l’organisme et finira par épuiser les réserves hormonales et minérales du corps.

En épuisant le corps, le stress chronique ouvre la voie à une cascade de problèmes de santé. Il pourra engendrer des changements métaboliques potentiellement mortels tels que des déséquilibres de la glycémie (diabète de type 2), une croissance excessive de graisse (en particulier autour de l’abdomen), un risque élevé de crise cardiaque, des lésions cérébrales, une diminution de la densité osseuse et une fonte musculaire, une augmentation de la pression artérielle, une baisse de l’immunité voir une augmentation du risque de développer une maladie auto-immune ou un cancer.

Le stress chronique non géré accélère aussi le processus de vieillissement grâce au raccourcissement de la longueur des télomères, qui lui-même est un facteur de risque de cancer et d’autres maladies chroniques liées à l’âge1. Les mécanismes sous-jacents à ces effets sont complexes et impliquent une activation chronique du système nerveux sympathique et de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien. Une élévation soutenue des hormones libérées par ces voies peut entraîner divers effets, notamment la stimulation de l’inflammation et du système immunitaire.

Plus de 90% de toutes les maladies chroniques sont causées par le stress

La relation entre le stress et l’inflammation a été étudiée de manière rigoureuse au cours de la dernière décennie, les chercheurs ayant trouvé des preuves que la voie inflammatoire est essentielle dans la pathogenèse de nombreuses maladies chroniques. En fait, 75% à 90% des maladies humaines sont liées au stress et à l’inflammation, y compris les maladies cardiovasculaires et métaboliques et les troubles neurodégénératifs2. La morbidité et la mortalité dues aux maladies liées au stress sont alarmantes. Le stress émotionnel est un facteur majeur contribuant aux six principales causes de décès aux États-Unis : cancer, maladie coronarienne, blessures accidentelles, troubles respiratoires, cirrhose du foie et suicide. Selon les statistiques du « Meridian Stress Management Consultancy » au Royaume-Uni, près de 180 000 personnes au Royaume-Uni meurent chaque année d’une forme de maladie liée au stress. Le Center for Disease Control and Prevention des États-Unis estime que le stress représente environ 75% de toutes les visites chez les médecins. Cela implique un très large éventail de troubles physiques, notamment des maux de tête, des maux de dos, des problèmes cardiaques, des maux d’estomac, des ulcères d’estomac, des problèmes de sommeil, de la fatigue et des accidents.

Puisque le stress semble faire partie intégrante de notre société occidentale actuelle et que les conséquences négatives sur la santé sont énormes, les interventions rentables qui réduisent le stress et ses effets sur le fonctionnement quotidien sont d’une grande valeur, en particulier les méthodes qui soutiennent les capacités d’adaptation autorégulatrices du système corps-esprit.

Adaptogènes : la solution naturelle au stress chronique

Alors comment gérer ce stress et retrouver le calme et la détente à laquelle nous aspirons sans changer radicalement de vie ? Il faudra apprendre à mettre en place plusieurs stratégies adaptogènes pour réduire ce stress et améliorer notre santé et notre bien-être. Ces stratégies permettront au corps de maintenir la santé en s’adaptant à l’environnement et au stress interne, en renforçant le système immunitaire, le système nerveux, et le système glandulaire.

Qu’est-ce qu’un adaptogène ?

 » Les adaptogènes doivent renforcer le pouvoir non spécifique et la résistance contre les agents stresseurs, augmenter la capacité générale à affronter les situations de stress et donc exercer une certaine forme de protection à l’égard des maladies consécutives au stress » Wagner 1994.

L’action est non spécifique, elle n’est pas destinée à des pathologies bien précises mais plutôt à augmenter la résistance globale de l’organisme face à des perturbations externes ou internes et à des conditions adverses de nature chimique, physique et biologique. Cette action est normalisante, elle ramène les activités corporelles au niveau normal, peu importe la nature du désordre, elle normalise les fonctions physiques en fonction des besoins de l’individu.

Elle permet à l’organisme de se modifier suivant les conditions d’existence pour en améliorer le fonctionnement tout en dépensant le minimum d’énergie. Elle renforce la résistance face aux influences négatives sans causer de désordre dans les fonctions physiologiques du corps. Les caractéristiques principales sont l’innocuité et la non-toxicité ; elles ne créent pas de désordre dans les fonctions physiologiques du corps. Les stratégies adaptogènes permettent donc de renforcer l’organisme, lui permettre de s’adapter au « STRESS », et enfin de guérir les désordres engendrés par celui-ci.

Il est généralement reconnu que la prière, la méditation, l’exercice physique, les loisirs et le repos sont d’excellents moyens de soulager le stress qui peuvent être suffisamment efficace la plupart du temps ! Mais dans certains cas, il faudra aller plus loin et agir sur l’inflammation systémique par le régime alimentaire et sur le système neuroendocrinien grâce à certaines plantes adaptogènes.

Les adaptogènes sont des substances ou des actions qui améliorent « l’état de résistance non spécifique » au stress. Les adaptogènes aident efficacement à protéger le système nerveux central contre les dommages neuronaux induits par le stress, tout en améliorant la cognition et en combattant la fatigue, la dépression et l’anxiété généralisée.

Les adaptogènes aident les structures adaptatives du corps à mieux répondre aux influences extérieures et aux facteurs de stress qui, s’ils sont suffisamment persistants, peuvent le déséquilibrer. Ils normalisent l’état physiologique du corps pour aider à le libérer des trois états caractéristiques du stress chronique« le combat, la fuite ou la sidération ».

10 des meilleures plantes adaptogènes pour gérer le stress

Heureusement de nombreuses plantes adaptogènes et anxiolytiques existent pour nous aider à mieux gérer le stress et l’anxiété. Il n’est pas étonnant que les systèmes de médecine traditionnels en Inde et en Chine utilisent des herbes adaptogènes depuis des milliers d’années. Ces herbes aident à éviter le stress et favorisent l’énergie, le calme et la zénitude.

La finesse du monde végétal permet aussi une réponse sur mesure selon notre personnalité. Les personnes d’un tempérament plutôt sanguin seront plutôt sujettes à des stress forts et soudains avec des colères tandis que quelqu’un de plus introverti subira plus les ruminations d’un stress latent comme le harcèlement par exemple et les pensées négatives incessantes.

Le stress fait en effet intervenir notre système neurovégétatif et endocrinien, deux champs majeurs sur lesquels agissent les végétaux. Nous avons en nous les outils pour puiser dans ces organismes vivants, ce dont nous avons besoin au moment où nous en avons besoin. Mais attention, vous devez veiller à ce que la plante que vous allez prendre soit biodisponible, issu de l’agriculture biologique, et qu’elle contienne le moins d’excipient possible qu’elle soit sous forme liquide ou d’extrait sec.

Voici 10 adaptogènes que la tradition séculaire et la science tiennent en haute estime pour leur puissant potentiel anti-stress :

1.      Le Ginseng

Concernant les plantes toniques, immunostimulante et adaptogènes, le ginseng (Panax Ginseng) utilisé depuis plus de 2000 ans par la pharmacopée chinoise est la plante de référence. Par contre il peut ne pas convenir à certaines personnes car il accélère le rythme cardiaque. Dans ce cas, il sera préférable d’utiliser d’autres plantes adaptogènes come l’éleuthérocoque, l’ashwagandha ou la rhodiole. Stimulant physique et intellectuel, il agit directement au niveau symptomatique cérébral et périphérique par l’action des ginsenosides. Plante à la fois revitalisante et aphrodisiaque, il améliore la circulation sanguine. L’action immunostimulante est due aux saponines et polysaccharides. Son action immunostimulante se manifeste par une action sur l’immunité innée et adaptative. Au niveau de l’immunité innée, on observe une augmentation du chimiotactisme des macrophages et des polynucléaires, de la phagocytose de la part des macrophages et de l’activité des cellules Natural killer. Au niveau de l’immunité acquise, c’est la réponse lymphocytaire qui est optimisée avec une meilleure présentation des antigènes et une augmentation de la production des immunoglobulines3.

2.      L’éleuthérocoque, le ginseng russe ou sibérien.

Le ginseng russe (Eleutherococcus Senticosus), est une plante adaptogène qui permet de réduire la fréquence cardiaque et la pression systolique de personnes soumises à un stress. Elle permet aussi d’augmenter les performances physiques avec une augmentation de la capacité à l’effort, de la force musculaire, et une diminution du rythme cardiaque et de l’accumulation de lactate4.

3.      La rhodiole ou orpin rose

La rhodiole (Rhodiola rosea) est une autre plante aux propriétés adaptogènes qui semble s’adapter à tous les besoins de l’organisme. Les vikings, les inuits et les lapons l’ont utilisé comme tonique. La médecine traditionnelle chinoise utilise diverses préparations de cette plante pour augmenter les performances physiques, diminuer la fatigue, contre diverses infections. Elle aurait des effets stimulants sur le système nerveux central et sur les surrénales. Elle aide l’organisme à s’adapter aux situations de stress avec une amélioration des capacités intellectuelles et physiques. Elle atténue considérablement les méfaits du stress et accentue la mémoire. Elle permet une meilleure récupération suite à un effort physique. Elle est aussi antioxydante, antidépressive et anxiolytique. Elle protégerait également des radiations et aurait des effets hypoglycémiants. Elle possède également une action immunostimulante en agissant sur la production de lymphocytes.

On la recommande particulièrement pour lutter contre les effets du stress, la grande fatigue avec hypotension artérielle. Dans une étude clinique réalisée sur 60 personnes avec syndrome de fatigue dû à un stress chronique, la rhodiole a permis une diminution du cortisol salivaire et une amélioration de l’endurance et de la concentration5. En cas de surmenage, quand le Burn-out nous guette ou si on a tendance à prendre du poids lié au stress, elle sera tout indiquée en cure d’attaque de 15 jours tous les matins puis en soutien une semaine par mois.

4.      L’ashwagandha, le ginseng indien.

L’ashwagandha (Withania Somnifera) est une plante indienne utilisée depuis plus de 2000 ans en médecine ayurvédique. On l’appelle également le ginseng indien. Cette plante est surtout réputée pour ses propriétés reconstituantes et adaptogènes contre les effets du stress. Plusieurs études cliniques ont montré son efficacité dans les états de stress et d’anxiété6. Dans des études précliniques, l’ashwagandha a montré des propriétés antimicrobiennes, anti-inflammatoires, antitumorales, anti-stress, neuroprotectrices, cardioprotectrices et antidiabétiques. En outre, il a démontré sa capacité à réduire les espèces réactives de l’oxygène, à moduler la fonction mitochondriale, à réguler l’apoptose, à réduire l’inflammation et à améliorer la fonction endothéliale. Compte tenu de ses propriétés pharmacologiques, l’ashwagandha est un candidat potentiel pour le traitement de diverses affections cliniques, notamment liées au système nerveux7. Cette plante a également été utilisée traditionnellement comme aphrodisiaque. On mentionne son utilisation dans le Kama Sutra comme stimulant de la fonction sexuelle. L’ashwagandha améliore la spermatogenèse et les indices liés au sperme chez les hommes et les comportements sexuels chez les femmes8.

5.      La passiflore (Passiflora incarnata)

Le genre Passiflora incarnata Linnaeus comprend environ 520 espèces appartenant à la famille des Passifloracées. La majorité de ces espèces sont des plantes grimpantes trouvées en Amérique centrale ou en Amérique du Sud, avec une occurrence rare en Amérique du Nord, en Asie du Sud-Est et en Australie. Le genre Passiflora incarnata est utilisé depuis les aztèques en médecine traditionnelle pour le traitement de l’insomnie et de l’anxiété. En Europe et en Amérique du Nord, il est utilisé fréquemment dans les tisanes sédatives. La passiflore a été utilisée à des fins analgésique, antispasmodique, antiasthmatique, vermicide et sédative au Brésil, en tant que sédatif et stupéfiant en Irak, et pour le traitement de troubles tels que la dysménorrhée, l’épilepsie, l’insomnie, la névrose et la névralgie en Turquie. En Pologne, cette plante a été utilisée pour traiter l’hystérie et la neurasthénie. En Amérique, elle a été utilisée pour traiter la diarrhée, la dysménorrhée, les névralgies, les brûlures, les hémorroïdes et l’insomnie. La passiflore a également été utilisé pour soigner des sujets souffrant de dépendance aux opiacés en Inde.

La passiflore est donc la première compagne pour traverser les épreuves difficiles telles que les conflits professionnels ou familiaux, des examens, un deuil, ou une irritabilité répétée. La passiflore est la plante du calme par excellence. Elle permet d’apaiser, de pacifier et de nous aider quand nous avons peur de ne pas y arriver. Elle calme les angoisses, réduit les palpitations, agit sur les spasmes et facilite le sommeil9.

6.      La mélisse

La Mélisse (Melissa officinalis) est cultivée depuis toujours pour ses vertus apaisantes et ses propriétés digestives. Les organisations de santé actuelles reconnaissent l’usage de la mélisse pour soulager la tension nerveuse, l’agitation et l’irritabilité ou dans les cas de problèmes d’endormissement liés à la nervosité. Elle permet en effet de réguler l’influx nerveux et donc de réduire les effets du stress, de l’anxiété et de l’angoisse. Plus globalement, consommer de la Mélisse détend l’ensemble de l’organisme (muscles, système nerveux, système digestif) créant ainsi une réelle sensation de bien-être. Des recherches ont démontré que ces propriétés sont induites par la présence de principes actifs comme les aldéhydes terpéniques.

Une étude publiée en 2002 et portant sur des personnes atteintes de démence grave a montré qu’une huile essentielle de Mélisse appliquée 2 fois par jour sur les bras et sur les tempes avait eu des effets calmants très marqués10. Une autre étude plus récente a montré qu’une supplémentation de huit semaines avec trois grammes de mélisse peut réduire la dépression, l’anxiété, le stress et les troubles du sommeil chez les patients atteints de problèmes cardio-vasculaires11. Une tisane de passiflore et de mélisse le soir permettra de se détendre et de s’apaiser agréablement avant la nuit. En cas de risque d’insomnie, ajoutez un peu de tilleul.

7.      La matricaire

La Matricaire ou Camomille allemande ne doit pas être confondue avec la Camomille romaine, plus couramment utilisée, même si elles possèdent sensiblement les mêmes propriétés. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaît l’usage médicinal de la matricaire pour traiter la dyspepsie (notamment les spasmes et les inflammations du tube digestif), mais également pour soulager l’agitation nerveuse et les risques d’insomnie. C’est l’apigénine, un flavonoïde, qui provoque des effets calmants sur l’agitation nerveuse et l’anxiété. Une étude réalisée par « l’University Science Center » de Pennsylvanie a indiqué qu’administrer un extrait standardisé de matricaire contenant 1,2% d’apigénine à des patients souffrant de troubles d’anxiété avérés permet une diminution significative des symptômes, par rapport aux patients sous placebo12.

8.      L’aubépine

L’aubépine (Crataegus spp.) aux propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes est une plante de choix lorsque la nervosité et le stress se manifestent dans la sphère cardiaque sous forme de palpitations par exemple. L’Aubépine est employée depuis l’Antiquité par les médecins Grecs ainsi qu’en médecine traditionnelle chinoise. En Europe, elle est préconisée pour traiter les troubles cardiaques, les troubles anxieux mineurs et l’insomnie qui peut en découler. La composition de l’Aubépine est complexe, elle comporte de nombreux principes actifs qui agissent en synergie. Il n’existe donc pas une molécule simple qui pourrait expliquer, à elle seule, ses vertus. L’Aubépine est en fait un  »cocktail » de flavonoïdes dont l’hyperoside et la vitexine, qui agissent comme régulateurs du rythme cardiaque en diminuant les palpitations et la perception exagérée des battements cardiaques chez les personnes anxieuses et nerveuses. En réduisant ces palpitations, l’aubépine a une action sédative sur le système nerveux central. La synergie de ses différents composants permet donc de lutter globalement et efficacement contre les états de nervosité, d’irritabilité et d’anxiété13.

9.      La verveine

Herbe sacrée des Gaulois, potion magique des Celtes et Romains, elle est principalement connue pour faciliter la digestion, mais est utilisée depuis des siècles pour diminuer la nervosité notamment en cas de troubles du sommeil, de stress et d’anxiété. La Verveine possède des propriétés anti-inflammatoire, antitussive, antispasmodique, anticonvulsivante, anxiolytique et sédative, ce qui fournit une base scientifique à son application médicale dans divers maux neurologiques, tels que l’épilepsie, l’anxiété et l’insomnie14.

10.  L’eschscholtzia, le pavot de Californie

Plus, connu sous le nom de pavot de Californie, l’eschscholtzia (Eschscholtzia Californica) est un sédatif et un anxiolytique naturel. Cet hypnotique calme les adultes et les enfants, facilitant ainsi l’endormissement, et diminuant les réveils nocturnes et les cauchemars. Il combat la nervosité, le stress, les anxiétés modérées à légères. Il doit en majeure partie ses vertus à plusieurs groupes d’alcaloïdes qu’il contient. L’action sédative est due à la protogine et à la californine. L’Eschscholtzia a fait l’objet de nombreuses études. Les préparations à base d’eschscholtzia diminueraient la durée d’apparition du sommeil, amélioreraient sa qualité et prolongeraient le temps de sommeil. Chez l’homme, les essais cliniques confirment en général le pouvoir sédatif, légèrement hypnotique et anxiolytique des extraits aqueux ou hydroalcooliques du Pavot de Californie15.

En conclusion,

Les plantes adaptogènes sont une aide précieuse pour faire face au stress chronique par contre elles ne remplaceront pas une prise en charge global à la fois au niveau physiologique et psychologique. Lors d’un stress, il y a deux acteurs : un “stressor” (une personne ou un événement) et un “receveur” (la personne qui perçoit ce stress avec sa propre sensibilité). Dans certains cas vous pouvez vous éloigner du “stressor” (changer de travail, de conjoint, déménager…) mais dans certains cas vous ne pourrez pas le faire. Il faudra alors faire un travail sur votre propre sensibilité pour mieux gérer le “stressor”.

Du point de vue physiologique, par exemple, un travail pour diminuer l’inflammation générale de l’organisme sera nécessaire afin que le stress ressenti soit plus bas alors que le stressor lui n’a pas changé.

Stress et inflammation

Augmentation du stress ressenti par l’inflammation ou une infection

Pour diminuer l’inflammation générale de l’organisme, je vous invite à découvrir les facteurs de déstabilisation de l’immunité et les différentes solutions adaptogènes dans mon nouveau livre

« Réinventons notre immunité, notre meilleure alliée pour une meilleure santé » sorti en novembre aux éditions Résurgence.

Pour une aide personnalisée vous pouvez me contacter pour un RDV sur Annecy, Genève ou à distance.

Pour un accompagnement personnalisé plus efficace et plus long, je vous propose des séances de coaching en gestion du stress.

Partagez cet article

Pour en savoir plus sur la prise en charge du terrain immunitaire, ses facteurs de déstabilisation et les solutions naturelles pour améliorer votre immunité, je vous invite à lire le livre suivant :

Réinventons notre immunité

Pour en savoir plus sur les méthodes anti-inflammatoires, je vous invite à lire les livres numériques suivants :

Prenez votre santé en main en adoptant une alimentation anti-inflammatoire
alimentation anti-inflammatoire
Prenez soin de vous en réveillant votre nerf vague
Prenez soin de vous en stimulant votre nerf vague

Si vous voulez en savoir plus sur les méthodes naturelles pour renforcer votre immunité et votre terrain immunitaire, je vous invite à lire

Les infections respiratoires, rhume, grippe, coronavirus. Comment se protéger au mieux ?
Les infections des voies respiratoires : grippe, rhume, coronavirus. Comment renforcer votre immunité ?

Sources

  1. Epel, E. S. et al. Accelerated telomere shortening in response to life stress. Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. 101, 17312–17315 (2004).
  2. Liu, Y.-Z., Wang, Y.-X. & Jiang, C.-L. Inflammation: The Common Pathway of Stress-Related Diseases. Front. Hum. Neurosci. 11, (2017).
  3. Ru, W. et al. Chemical constituents and bioactivities of Panax ginseng (C. A. Mey.). Drug Discov Ther 9, 23–32 (2015).
  4. Davydov, M. & Krikorian, A. D. Eleutherococcus senticosus (Rupr. & Maxim.) Maxim. (Araliaceae) as an adaptogen: a closer look. J Ethnopharmacol 72, 345–393 (2000).
  5. Olsson, E. M., von Schéele, B. & Panossian, A. G. A randomised, double-blind, placebo-controlled, parallel-group study of the standardised extract shr-5 of the roots of Rhodiola rosea in the treatment of subjects with stress-related fatigue. Planta Med. 75, 105–112 (2009).
  6. Pratte, M. A., Nanavati, K. B., Young, V. & Morley, C. P. An alternative treatment for anxiety: a systematic review of human trial results reported for the Ayurvedic herb ashwagandha (Withania somnifera). J Altern Complement Med 20, 901–908 (2014).
  7. Dar, N. J., Hamid, A. & Ahmad, M. Pharmacologic overview of Withania somnifera, the Indian Ginseng. Cell. Mol. Life Sci. 72, 4445–4460 (2015).
  8. Nasimi Doost Azgomi, R. et al. Effects of Withania somnifera on Reproductive System: A Systematic Review of the Available Evidence. Biomed Res Int 2018, 4076430 (2018).
  9. Miroddi, M., Calapai, G., Navarra, M., Minciullo, P. L. & Gangemi, S. Passiflora incarnata L.: ethnopharmacology, clinical application, safety and evaluation of clinical trials. J Ethnopharmacol 150, 791–804 (2013).
  10. Ballard, C. G., O’Brien, J. T., Reichelt, K. & Perry, E. K. Aromatherapy as a safe and effective treatment for the management of agitation in severe dementia: the results of a double-blind, placebo-controlled trial with Melissa. J Clin Psychiatry 63, 553–558 (2002).
  11. Haybar, H. et al. The effects of Melissa officinalis supplementation on depression, anxiety, stress, and sleep disorder in patients with chronic stable angina. Clin Nutr ESPEN 26, 47–52 (2018).
  12. Amsterdam, J. D. et al. A randomized, double-blind, placebo-controlled trial of oral Matricaria recutita (chamomile) extract therapy for generalized anxiety disorder. J Clin Psychopharmacol 29, 378–382 (2009).
  13. Orhan, I. E. Phytochemical and pharmacological activity profile of Crataegus oxyacantha L. (hawthorn) – A cardiotonic herb. Curr. Med. Chem. (2016).
  14. Khan, A. W., Khan, A.-U. & Ahmed, T. Anticonvulsant, Anxiolytic, and Sedative Activities of Verbena officinalis. Front Pharmacol 7, 499 (2016).
  15. Hanus, M., Lafon, J. & Mathieu, M. Double-blind, randomised, placebo-controlled study to evaluate the efficacy and safety of a fixed combination containing two plant extracts (Crataegus oxyacantha and Eschscholtzia californica) and magnesium in mild-to-moderate anxiety disorders. Curr Med Res Opin 20, 63–71 (2004).

A propos de l’auteur

Karine Bernard

Naturopathe, formatrice, conférencière et docteur en sciences (spécialité immunologie), je suis la fondatrice de la méthode ISIS « Solutions en immunomodulation intégrative et systémique ». Je suis également à l’origine du site  immunonaturo.com, un blog dédié à la santé et au bien-être qui fait la part belle à votre système immunitaire.