Les dix aliments et nutriments qui peuvent augmenter ou diminuer votre fertilité

mitochondrie

Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’infertilité est définie comme l’incapacité à concevoir malgré au moins 12 mois de rapports sexuels réguliers non protégés. L’infertilité, touche 1 couple sur 8 soit environ 48 millions de couples dans le monde. L’étiologie de ce trouble peut être liée à des facteurs masculins, féminins, combinés ou idiopathiques. Dans 10 à 25% des cas, elle est non attribuable à un défaut spécifique d’un des deux sexes. Aucune origine n’est retrouvée après un examen clinique des deux partenaires, un bilan hormonal de la femme, l’évaluation de la perméabilité́ de ses trompes (les conduits qui relient chaque ovaire à l’utérus ne sont pas obstrués) et un spermogramme de son partenaire.

Le syndrome des ovaires polykystiques comme cause principale d’infertilité féminine

L’infertilité féminine peut être due à des troubles endocriniens, à l’endométriose, à une lésion des trompes de Fallope, à une infection, à des facteurs environnementaux ou des troubles de l’ovulation. Les troubles de l’ovulation sont principalement liés au syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), qui est actuellement considéré comme l’un des troubles endocriniens les plus courants chez les femmes en âge de procréer. Ce trouble se caractérise par des niveaux élevés d’androgènes, un dysfonctionnement ovulatoire et des anomalies morphologiques. Il est identifié chez 6 à 10 % des femmes en âge de procréer. Le SOPK peut aussi être associé à un risque augmenté de diabète, d’obésité, d’hyperinsulinémie et de maladies cardiovasculaires. Il a été estimé que 80% des femmes atteintes du SOPK souffrent de troubles de l’ovulation qui contribuent aux problèmes de conception.

Des déséquilibres hormonaux à l’origine du SOPK

Les anomalies endocriniennes courantes chez les femmes non ovulantes atteintes de SOPK comprennent des taux sériques élevés d’androgènes et d’hormone lutéinisante (LH) avec des taux sériques d’hormone folliculo-stimulante (FSH) normaux ou légèrement diminués, ce qui est essentiel à la bonne prolifération des cellules de la granulosa ovarienne. De plus, les femmes atteintes du SOPK présentent généralement des concentrations réduites d’adiponectine, dont l’action est principalement associée à l’augmentation de la sensibilité des tissus à l’insuline [lien vers l’étude]. On pense que cette adipokine interagit avec l’axe hypothalamo-hypophyso-gonadique et régule la sécrétion de GnRH. L’adiponectine peut également augmenter l’expression des récepteurs de l’insuline ovarienne et diminuer la synthèse des androgènes dans les ovaires, ce qui peut conduire à une amélioration de l’ovulation, en particulier chez les femmes atteintes du SOPK [lien vers l’étude]. La réduction de poids chez les femmes en surpoids est l’un des éléments clés menant au succès de la conception en régulant l’équilibre hormonal, en diminuant la concentration de leptine et en induisant des ovulations spontanées [lien vers l’étude].

Les facteurs affectant la fertilité féminine

La fertilité féminine est influencée par de multiples facteurs qui peuvent inclure : l’âge, le tabagisme, le stress, la consommation de substances psychoactives et l’activité physique. Les facteurs liés à l’alimentation doivent également être pris en compte, car ils jouent un rôle important dans la régulation de l’ovulation. Les composants alimentaires qui exercent une influence positive sur l’ovulation comprennent : les produits glucidiques à faible indice glycémique, les protéines végétales, les acides gras monoinsaturés et polyinsaturés, l’acide folique, la vitamine D, les antioxydants et le fer.

Les composants qui ont une influence négative comprennent principalement les glucides à indice glycémique élevé, de grandes quantités de protéines animales, des acides gras saturés et des acides gras trans, que l’on trouve généralement dans le modèle occidental de nutrition. Le régime alimentaire et ses composants nutritionnels peuvent influencer la fertilité et l’ovulation via leur effet sur les voies métaboliques, le profil endocrinien et le métabolisme des glucides mais aussi leurs effets sur l’inflammation et le stress oxydatif. Un régime basé sur la structure du régime méditerranéen semble bénéfique sur tous ces paramètres.

Les dix aliments et nutriments qui peuvent augmenter ou diminuer votre fertilité

Le modèle alimentaire occidental est riche en glucides simples, dont les principales sources sont le sucre, les sucreries et les boissons sucrées, ainsi qu’en viande rouge et viande transformée. De plus, il se caractérise par une faible consommation de fruits et légumes frais, de céréales complètes, de volaille et de poisson. C’est un régime à index glycémique élevé, riche en acides gras saturés et en acides gras trans, qui augmentent le risque d’infertilité anovulatoire. Le régime alimentaire occidental est inversement corrélé à la fertilité féminine par son influence négative sur le métabolisme endocrinien et la réserve ovarienne [lien vers l’étude].

Les glucides et les féculents

Une revue systématique de sept études interventionnelles, a révélé que l’utilisation d’un régime pauvre en glucides était associé à un taux d’ovulation plus élevé [lien vers l’étude]. Ces résultats peuvent suggérer qu’un apport réduit en glucides peut être efficace dans l’induction de l’ovulation chez les femmes via l’influence sur la sensibilité à l’insuline. Lorsque l’on considère les régimes pauvres en glucides, il convient également de mentionner le régime cétogène, qui fournit moins de 20 g de glucides par jour, et son impact sur l’évolution du syndrome des ovaires polykystiques. L’utilisation de ce régime est principalement associée à la réduction du poids corporel, à l’amélioration du métabolisme des glucides et à une diminution significative de la résistance à l’insuline et des marqueurs circulants de l’inflammation [lien vers l’étude]. Une étude a montré que les femmes atteintes de SOPK ayant suivi le régime cétogène pendant 24 semaines présentaient une amélioration du rapport LH/FSH et une diminution de l’insuline à jeun et du pourcentage de testostérone libre, qui ont tous un impact considérable sur l’ovulation [lien vers l’étude].

Selon une étude randomisée de Sordia-Hernández et al. [lien vers l’étude], qui comprenait 37 femmes atteintes de SOPK, des cycles ovulatoires se produisaient chez 24,6 % des femmes consommant un régime à index glycémique bas tandis que seulement 7,4% des femmes consommant un régime traditionnel qui ne se concentraient pas sur l’index glycémique avaient des cycles ovulatoires. Les différences observées dans la fréquence des cycles d’ovulation dans les deux régimes peuvent résulter de la réduction des concentrations d’androgènes et de l’augmentation de la sensibilité des tissus à l’insuline, conséquence de la consommation d’un régime à faible indice glycémique.

Les aliments brûlés, frits ou cuits à haute température

Un autre facteur important associé aux produits glucidiques est l’influence des produits finaux de glycation avancée (AGE) alimentaires sur la fertilité et l’ovulation chez la femme. Les AGE se forment à la suite de la réaction des groupes amine des protéines, des lipides, des acides aminés et des acides nucléiques avec le groupe aldéhyde des glucides, lors de la friture et de la préparation de produits riches en glucides et en protéines à haute température. Ils sont particulièrement caractéristiques du régime alimentaire occidental, riche en produits hautement transformés, en sucres simples, en protéines animales et en matières grasses. On pense qu’ils jouent un rôle essentiel dans la dérégulation de la fonction ovarienne et de l’ovulation, car ils peuvent s’accumuler dans la couche de cellules de la granulosa. Les régimes riches en composés AGE peuvent perturber la fonction ovarienne, la folliculogenèse et la stéroïdogenèse en particulier, contribuant au stress oxydatif et perturbant l’équilibre hormonal. Les AGE interfèrent principalement avec l’action de la LH et de la FSH et entraînent des troubles de l’ovulation chez les femmes atteintes de SOPK [lien vers l’étude].

Les graisses monoinsaturées, polyinsaturées et les oméga-3

La qualité et la quantité d’acides gras consommés sont essentiels dans les troubles de la fertilité. Une quantité insuffisante ou excessive de graisses dans l’alimentation semble avoir un effet négatif sur la fertilité. Une teneur insuffisante en matières grasses dans l’alimentation peut contribuer à la survenue de cycles menstruels anormaux (phase folliculaire prolongée, aménorrhée secondaire et cycles plus longs) [lien vers l’étude].

Cependant, la qualité, et non la quantité, des graisses dans l’alimentation semble plus importante en ce qui concerne les troubles de l’ovulation. On pense que la supplémentation en AGPI (acides gras polyinsaturés) exerce un effet bénéfique sur la fertilité féminine en influençant les concentrations de LH et de FSH, la maturation du follicule dominant, la qualité des ovocytes et l’induction de l’ovulation [lien vers l’étude]. Il a été démontré que l’apport d’acides oméga-3 était associé à des concentrations plus élevées de progestérone et à un risque plus faible de troubles de l’ovulation. En ce qui concerne les femmes atteintes du SOPK, les acides PUFA ont un effet positif sur les paramètres métaboliques et endocriniens. Mumford et al. ont démontré que la consommation d’acide docosapentaénoïque, qui est structurellement similaire à l’acide eicosapentaénoïque, était liée à un risque réduit d’anovulation dans une cohorte de femmes en bonne santé et régulièrement menstruées. Les acides gras monoinsaturés (AGMI) sont également bénéfiques dans le cadre de la fertilité principalement en réduisant l’inflammation [lien vers l’étude].

Les graisses saturées et les acides gras trans

Les AGS (acides gras saturés) et les AGT (acides gras trans) exercent un effet particulièrement négatif sur l’ovulation [lien vers l’étude]. Une corrélation a été observé entre la consommation d’AGT contenus dans les sucreries, les margarines dures et la restauration rapide, et les troubles de l’ovulation.

Les vitamines du groupe B

Une étude de Chavarro et al. [lien vers l’étude] a démontré que la consommation de suppléments multivitaminés au moins trois fois par semaine était associée à un risque réduit d’infertilité anovulatoire. La corrélation semble être principalement liée à l’acide folique.

Il a été confirmé que la consommation quotidienne de 700 μg d’acide folique réduisait le risque de troubles de l’ovulation de 40 à 50 %. Une autre étude de cohorte [lien vers l’étude] incluant 259 femmes en bonne santé âgées de 18 à 44 ans ont montré que la supplémentation en acide folique était inversement corrélée au risque d’anovulation. Les femmes du tertile le plus élevé de consommation de folate (270,6 μg/j) avaient 64 % de chances en moins de développer une anovulation par rapport aux femmes du tertile le plus bas (100,9 μg/j). Fait intéressant, une telle corrélation n’a pas été observée en référence à la consommation de folates avec de la nourriture. Cela pourrait être dû au fait que l’acide folique synthétique est plus facilement absorbé dans le tube digestif que ses équivalents naturels.

Le mécanisme par lequel l’acide folique exerce un effet bénéfique sur la fertilité féminine est principalement lié à son influence sur le stress oxydatif et la production de cytokines pro-inflammatoires, qui peuvent avoir un effet significatif sur l’ovulation et le développement des ovocytes. Un autre mécanisme possible par lequel l’acide folique influence le cours de l’ovulation est lié à la moindre réponse des ovaires à la stimulation de la FSH en cas de faibles concentrations de folate dans le sérum sanguin. Cependant, son influence sur les concentrations d’homocystéine semble être cruciale. Il régule les concentrations d’homocystéine avec les vitamines B6 et B12, leur apport semble donc être d’une importance capitale pour la fertilité féminine. Une étude de cohorte incluant 259 femmes menstruées régulièrement qui n’utilisaient ni contraceptifs hormonaux ni compléments alimentaires a révélé une corrélation entre des concentrations plus élevées d’homocystéine et une augmentation de 33% du risque d’anovulation. La corrélation était principalement due au fait que l’homocystéine influençait les concentrations d’hormones reproductives au cours des phases individuelles du cycle, ce qui était important dans le contexte de l’ovulation [lien vers l’étude].

Les antioxydants

Les antioxydants semblent également très importants pour l’ovulation, car il a été constaté que le stress oxydatif augmentait le risque d’infertilité anovulatoire. Les mécanismes d’action possibles des antioxydants sur la fertilité féminine comprennent l’amélioration du flux sanguin dans l’endomètre, la réduction des concentrations d’hormones reproductives, l’augmentation de la sensibilité des tissus à l’insuline et l’influence sur l’ovulation, la synthèse des prostaglandines et la genèse des stéroïdes [lien vers l’étude].

La vitamine C

La vitamine C présente à des concentrations élevées dans le cytosol des ovocytes participe à la synthèse du collagène, ce qui est important pour la croissance des follicules de Graaf, l’ovulation et la phase lutéale [lien vers l’étude].

La Vitamine D

La vitamine D peut participer à la modulation des fonctions reproductrices féminines, car ses récepteurs sont présents dans de nombreux tissus des organes reproducteurs, tels que les ovaires, l’endomètre, et le placenta. De plus, la vitamine D influence un certain nombre de processus endocriniens et la genèse stéroïdienne des hormones de la reproduction. Elle peut aussi induire la maturation et l’ovulation des ovocytes. Elle influence également le métabolisme des glucides et la sensibilité à l’insuline des tissus, ce qui peut contribuer à la modulation de l’ovulation. Un essai clinique randomisé contrôlé contre placebo a inclus 186 femmes chez qui l’ovulation a été induite avec du citrate de clomifène et associée à une supplémentation en vitamine D. La supplémentation en vitamine D a considérablement amélioré les taux d’ovulation (92,5 % des femmes du groupe de traitement contre 78,5 % du groupe témoin ont eu une ovulation réussie) [lien vers l’étude]. Des résultats similaires ont été obtenus dans une autre étude randomisée incluant des femmes chez qui l’ovulation a été induite avec du citrate de clomifène et qui ont également reçu de la vitamine D ou de la coenzyme Q10. L’étude a révélé que les deux suppléments augmentaient de manière significative les indices d’ovulation chez les femmes SOPK résistantes au traitement au citrate de clomifène. De plus, une nette amélioration du profil endocrinien a été notée dans les deux groupes [lien vers l’étude].

Le statut en fer

En ce qui concerne les minéraux, le fer semble le plus important. Ses carences sont fréquemment observées chez les femmes en âge de procréer à la suite de pertes liées aux menstruations. L’utilisation de fer non héminique et de suppléments de fer était inversement corrélée au risque de troubles de l’ovulation chez les femmes de l’étude de cohorte NHS II. Le fer influence le développement des follicules ovariens et des gamètes femelles [lien vers l’étude].

Le sodium, le sélénium et le manganèse

Une autre étude de cohorte a été réalisée pour évaluer la corrélation entre la consommation de minéraux et le risque de troubles de l’ovulation. La corrélation n’a été confirmée qu’entre une faible consommation de sodium, de sélénium et de manganèse. Une consommation de sodium inférieure à 1500 mg, de sélénium inférieure à 55 μg et de manganèse inférieure à 1,8 mg était associée à un risque accru d’anovulation par rapport à une consommation convenablement plus élevée. Aucune influence sur l’ovulation n’a été observée en ce qui concerne les autres minéraux [lien vers l’étude].

Les trois facteurs les plus importants reliant l’infertilité anovulatoire à la nutrition

Premier facteur : La résistance à l’insuline

Une importance particulière dans la pathogenèse des troubles de l’ovulation est attribuée à la résistance à l’insuline, qui est le facteur le plus important reliant l’infertilité anovulatoire à la nutrition. Le mécanisme par lequel l’indice glycémique élevé de l’alimentation et la teneur élevée en glucides de l’alimentation contribuent aux troubles de la fertilité et de l’ovulation résulte de leur influence sur la sensibilité des tissus à l’insuline [lien vers l’étude]. De plus, l’insuline influence directement la fonction ovarienne et l’ovulation via sa participation à la réponse des follicules ovariens à la gonadotrophine. Par conséquent, des niveaux élevés d’insuline se sont avérés être associés à une genèse anormale des stéroïdes ovariens et à un développement altéré des ovocytes. De plus, l’hyperinsulinémie est fortement corrélée à l’hyperandrogénie, qui contribue également à la survenue de troubles de l’ovulation et exacerbe les troubles endocriniens chez la femme.

Deuxième facteur : l’inflammation chronique

Un autre mécanisme liant les troubles de l’ovulation à une alimentation à index glycémique élevé et riche en glucides semble être une inflammation de bas grade. Une alimentation à index glycémique élevé et pauvre en fibres alimentaires s’est avérée fortement corrélée à l’inflammation. En particulier, le fructose est attribué à un fort effet pro-inflammatoire. De plus, l’hyperglycémie postprandiale causée par l’apport de grandes quantités de glucides à IG élevé est associée à l’intensification de l’inflammation et du stress oxydatif par la production d’espèces réactives de l’oxygène.

L’inflammation chronique augmente de façon importante le risque de troubles de l’ovulation [lien vers l’étude]. Des niveaux élevés de marqueurs inflammatoires au cours du cycle menstruel chez la femme sont associés à un risque plus élevé de cycle anovulatoire, principalement en augmentant le stress oxydatif dans l’ovaire. L’inflammation chronique de bas grade chez les femmes atteintes du SOPK peut affecter le fonctionnement des ovaires, interférant avec la synthèse et la libération des hormones sexuelles, la maturation folliculaire et l’ovulation [lien vers l’article].

Troisième facteur : le stress oxydatif

Les résultats d’une étude de Fatima et al. [lien vers l’étude] ont montré que les patientes atteintes du SOPK étaient caractérisées par de faibles niveaux de glutathion, de vitamines C et E et une activité significativement accrue des enzymes antioxydantes, telles que la glutathion peroxydase, la glutathion réductase et la glutathion transférase par rapport aux femmes sans SOPK.

Les points clés

  1. Une alimentation hypoglucidique ou à index glycémique bas riche en nutriments essentiels, vitamines et minéraux exerce un effet extrêmement important sur l’ovulation.
  2. Une importance particulière est attribuée aux vitamines du groupe B (B6, B12 et acide folique notamment), qui participent à la régulation des concentrations d’homocystéine.
  3.  Le rôle des vitamines antioxydantes, de la vitamine D et du fer semble aussi très important pour l’ovulation.

Le résumé de l’influence de facteurs alimentaires particuliers sur le risque de troubles de l’ovulation est présenté sur la figure ci dessous issue de l’article “The Influence of Diet on Ovulation Disorders in Women—A Narrative Review” publié en 2022 dans la revue scientifique Nutrients.

Les analyses biologiques fonctionnelles et nutritionnelles en cas de problème de conception

Hormis les analyses prescrites par votre médecin ou votre centre PMA, vous pouvez réaliser d’autres analyses de biologie fonctionnelle et nutritionnelle auprès de laboratoires d’analyses biologiques spécialisés dans ce domaine.

Par exemple, le laboratoire LIMS-MBnext vous proposent plusieurs BIP (Bilan d’Investigation Préventive) pour améliorer votre fertilité.

Le BIP DE BASE ou Le BIP METABOLISME qui comprennent un ensemble d’analyses qui évaluent le niveau de plusieurs micronutriments essentiels au bon fonctionnement de nos cellules, tissus et organes et indispensables à notre santé.

  • Les analyses choisies pour le BIP DE BASE concernent les micronutriments le plus souvent associés aux altérations fonctionnelles de nos systèmes vitaux et scientifiquement démontrés comme étant impliqués dans la genèse de la majorité des pathologies chroniques dégénératives.
  • Le BIP métabolisme comprend un ensemble d’analyses qui évalue le niveau de micronutriments qui ont été clairement impliqués dans le développement des troubles métaboliques qui affectent un nombre croissant de patients : l’obésité, la sarcopénie, le syndrome métabolique et le diabète de type 2.

Le BIP typage lymphocytaire  pour analyser l’équilibre du système immunitaire et déterminer si certaines populations lymphocytaires ne sont pas en dessous ou au dessus des valeurs santé. Si c’est le cas, cela pourrait favoriser les difficultés d’implantation de l’ovocyte après fécondation naturelle,  insémination artificielle ou FIV. Cela pourrait aussi favoriser les complications durant la grossesse comme les avortements spontanés du premier trimestre ou l’éclampsie.

Pour en savoir plus sur la prise en charge du terrain immunitaire, ses facteurs de déstabilisation et les solutions naturelles pour améliorer votre immunité, je vous invite à lire le livre suivant :

Réinventons notre immunité

Pour en savoir plus sur les méthodes anti-inflammatoires, je vous invite à lire les livres numériques suivants :

Prenez votre santé en main en adoptant une alimentation anti-inflammatoire
alimentation anti-inflammatoire
Prenez soin de vous en réveillant votre nerf vague
Prenez soin de vous en stimulant votre nerf vague

Si vous voulez en savoir plus sur les méthodes naturelles pour renforcer votre immunité et votre terrain immunitaire, je vous invite à lire le livre numérique :

Les infections respiratoires, rhume, grippe, coronavirus. Comment se protéger au mieux ?
Les infections des voies respiratoires : grippe, rhume, coronavirus. Comment renforcer votre immunité ?

Sources

A propos de l’auteur

Karine Bernard

Naturopathe, formatrice, conférencière et docteur en sciences (spécialité immunologie), je suis la fondatrice de la méthode ISIS “Solutions en immunomodulation intégrative et systémique”. Je suis également à l’origine du site  immunonaturo.com, un blog dédié à la santé et au bien-être qui fait la part belle à votre système immunitaire.