Agissez sur votre immunité pour augmenter votre fertilité

boostez votre immunité

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’infertilité est définie comme l’incapacité de concevoir malgré au moins 12 mois de rapports sexuels réguliers non protégés. L’infertilité, touche 1 couple sur 8 soit environ 48 millions de couples dans le monde. L’étiologie de ce trouble peut être liée à des facteurs masculins, féminins, combinés ou idiopathiques. Dans 10 à 25% des couples, aucune origine n’est retrouvée après un examen clinique des deux partenaires, un bilan hormonal de la femme, l’évaluation de la perméabilité́ de ses trompes (les conduits qui relient chaque ovaire à l’utérus ne sont pas obstrués) et un spermogramme de son partenaire. De nombreuses études montrent aujourd’hui qu’un déséquilibre du système immunitaire pourrait expliquer ces cas d’infertilité idiopathique et ce qui est encore plus encourageant c’est que dans certaines de ces études une modulation de l’immunité a permis d’augmenter le taux de grossesse à terme.

L’immunité de la mère change pendant la grossesse pour pouvoir tolérer le fœtus qui est un corps étranger.

Pendant la grossesse, le fœtus qui se développe dans l’utérus maternel n’est pas rejeté par le système immunitaire maternel. Pour permettre à la fois la tolérance vis-à-vis du fœtus et la défense contre les agents pathogènes, des modifications du système immunitaire maternel interviennent au cours de la gestation. Il est généralement admis, qu’un microenvironnement pro-inflammatoire est crucial pour une implantation et une parturition normale, tandis qu’un environnement tolérogène est induit au cours de la grossesse pour permettre une placentation et une croissance fœtale normales.

La tolérance immunitaire pendant la grossesse est plus prononcée à l’interface fœto-maternelle, mais certaines observations montrent aussi un effet systémique, c’est-à-dire un déséquilibre de l’immunité dans le sang périphérique qui peut être observée par une simple prise de sang. En effet, les observations épidémiologiques montrent que l’immunité systémique maternelle est perturbée pendant la grossesse (lien vers l’article). Un risque accru de maladie grave est signalé pendant la grossesse pour certaines infections comme la listériose, le paludisme, la varicelle et les infections grippales. Une diminution des réponses anticorps à la vaccination antigrippale sont observées chez les femmes enceintes. D’autre part, la grossesse favorise l’amélioration ou l’aggravation de certaines maladies autoimmunes en rééquilibrant les influences pro-inflammatoires et anti-inflammatoires. Des troubles auto-immuns, tels que la polyarthrite rhumatoïde et la sclérose en plaques, peuvent régresser pendant la grossesse, tandis que les symptômes du lupus érythémateux disséminé et de la myasthénie grave peuvent s’aggraver.

Les échecs récurrents d’implantation lors du parcours de PMA peuvent être lié à un déséquilibre de l’immunité

Pour les couples infertiles, c’est souvent la procréation médicalement assistée (PMA) qui est proposée. La PMA est l’ensemble des pratiques médicales cliniques et biologiques permettant la conception in vitro, la conservation des gamètes, des embryons, le transfert d’embryons et l’insémination artificielle. C’est un processus long, souvent désagréable et douloureux surtout pour les femmes qui doivent se piquer avec des doses importantes d’hormones pour obtenir plusieurs ovulations sur un même cycle. Psychologiquement, chaque tentative est associée à l’attente et souvent à la déception de l’échec d’autant plus que l’échec récurrent d’implantation (RIF) est une affection affectant 10 à 15 % des couples en parcours de fécondation in vitro (FIV). Les données suggèrent que la dysrégulation fonctionnelle du système immunitaire constitue l’un des principaux mécanismes physiopathologiques conduisant aux échecs récurrents d’implantation, ainsi qu’aux complications de la grossesse comme les fausses couches à répétition.

L’immunité maternelle au cours de la période d’implantation

La capacité du système immunitaire à maintenir l’intégrité de l’individu nécessite la reconnaissance et le contrôle d’entités identifiées comme génétiquement distinctes, ou « non-soi ». Dans la reproduction des mammifères, l’embryon, le fœtus et le placenta qui en découlent sont tous reconnus comme non-soi par le système immunitaire maternel et sont vulnérables aux attaques immunologiques. Un système actif pour prévenir le rejet doit exister à partir du moment où les tissus du conceptus et de la mère entrent en contact pour la première fois lors de l’implantation. Le conceptus est un terme qui désigne à la fois l’embryon, la partie embryonnaire du placenta et ses membranes associées : amnios, chorion (sac gestationnel) et sac vitellin.

Le rôle des Lymphocytes T régulateurs dans la tolérance de l’embryon et du fœtus

Au cours de la dernière décennie, un mécanisme intégré, reconnaissant à la fois les systèmes immunitaires inné et adaptatif, a été décrit pour expliquer la tolérance immunitaire maternelle nécessaire pour éviter le rejet du conceptus (lien vers l’article). Il est établi qu’au cours de l’implantation, une immunosuppression active est nécessaire pour empêcher une réponse immunitaire contre l’embryon en développement. Dans ce contexte, Les médiateurs cruciaux de la protection immunitaire sont les lymphocytes T régulateurs (Treg). Les Treg jouent un rôle central en réprimant les cellules immunitaires pro-inflammatoire (lymphocytes T cytotoxiques, lymphocytes Th1 et TH17, les macrophages, les cellules dendritiques et les cellules NK) conduisant à la quiescence immunitaire (lien vers l’article). Lors de la grossesse, on observe une expansion des lymphocytes T régulateurs, qui favorisent la tolérance vis-à-vis du conceptus (lien vers l’article). À moins que suffisamment de Treg ne soient présents dans l’endomètre, une implantation réussie et une progression vers la grossesse ne peuvent pas s’ensuivre.  De plus, l’incapacité à établir avec succès une tolérance immunitaire par les Treg peut entraîner une faible fertilité ou avoir des conséquences néfastes à long terme pour le fœtus et la progéniture. Par conséquent, une relation symbiotique immunitaire maternelle et fœtale est créée pour permettre un environnement propice à la croissance et au développement du fœtus.

La période de péri conception, lorsque l’embryon se forme et l’implantation se produit, est une phase cruciale pour établir une grossesse durable. En fixant la trajectoire de la gestation, les événements à ce stade précoce influencent la progression de la grossesse et la santé de la progéniture. Le développement de la caduque, l’adhésion au trophoblaste, et la formation du placenta sont des processus vitaux pour l’implantation de l’embryon. Ce processus se déroule dans l’endomètre du 19e au 23e jour du cycle menstruel. Les perturbations du développement embryonnaire préimplantatoire et/ou de la réceptivité endométriale sont les principales causes de sous-fertilité et ont également un impact sur le développement placentaire et la croissance fœtale, ce qui a des implications sur le phénotype de la progéniture et sa capacité à résister aux problèmes de santé plus tard dans la vie. Les principaux régulateurs de ces événements péri conceptionnels sont les cytokines du tractus maternel et les cellules immunitaires (lien vers l’article).

Approches thérapeutiques pour moduler l’immunité des femmes en désir de grossesse.

La modulation de l’immunité des lymphocytes T chez les femmes atteintes d’échecs récurrents d’implantation a été un sujet majeur ces dernières années dans le domaine de l’immunologie clinique de la reproduction. Différents outils pouvant moduler le système immunitaire tels que certains traitements allopathiques (corticostéroïdes, hydroxychloroquine, des inhibiteurs de l’activation des lymphocytes T, des inhibiteurs de cytokines, des cytokines recombinantes et les immunoglobulines G, en intraveineuse (IgIV)) ainsi que certains compléments alimentaires (nutriments essentiels, vitamines et minéraux) ont fait l’objet de nombreuses recherches et de nombreux essais.

Les traitements allopathiques

Concernant les traitements allopathiques, dans les études cliniques, il a été rapporté que les immunoglobulines en intraveineuse (IgIV) (lien vers l’article), la prednisone, les anti-TNF tels que l’étanercept et l’adalimumab, le tacrolimus et la rapamycine (le sirolimus), un inhibiteur de mTOR, équilibrent l’immunité Th1/Th2 et/ou Th17/Treg dans les problèmes d’infertilité ou de fausses couches à répétition.

L’hydroxychloroquine

Des anomalies immunitaires cellulaires telles que le déséquilibre entre les cytokines T-helper (Th) 1 et Th2 ont été impliquées comme causes potentiellement modifiables d’échecs d’implantation répétés idiopathiques (RIF). L’administration d’hydroxychloroquine chez les femmes atteintes d’échec d’implantation récurrent avec un rapport TNF-α/IL-10 élevé pendant la fenêtre d’implantation peut diminuer ce rapport et semble être une stratégie thérapeutique efficace dans les échecs d’implantation récurrents causés par des anomalies immunitaires du rapport TH1/TH2 (lien vers l’article).

La rapamycine

La rapamycine (sirolimus) est un inhibiteur de mTOR, qui agit comme un médicament immunosuppresseur en favorisant sélectivement l’expansion des Treg et en induisant la différenciation des cellules T auxiliaires en Treg. Royster et al. ont établi un modèle murin avec knockdown conditionnel des Treg induit par la toxine diphtérique.  Dans ce modèle, ils ont découvert que la suppression des Treg diminuait la taille des portées et déclenchait un échec d’implantation d’embryons, effets qui se sont inversés après le traitement à la rapamycine (lien vers l’article).

Un essai clinique randomisé multicentrique, en double aveugle, de phase II a administré 2 mg/jour de sirolimus pendant 2 jours avant le transfert d’embryons à des patientes recevant un traitement par FIV-ET et qui avaient des antécédents d’échec d’implantation récurrent (lien vers l’article). L’étude a recueilli des échantillons de sang et évalué le rapport des cellules Th17/Treg par cytométrie en flux 5 à 10 jours avant le début d’un cycle de FIV. Seules les patientes présentant un ratio élevé de cellules Th17/Treg ont été inclus dans cet essai. L’essai a rapporté que l’administration de sirolimus a inversé le déséquilibre dans le rapport des cellules Th17/Treg et a augmenté de manière significative le taux de grossesse par rapport à ceux du groupe témoin.

Les traitements et compléments alimentaires

Les compléments alimentaires (vitamines, rapalogs, polyphénols, flavonoïdes, sels biliaires) et les traitements d’hygiène de vie (perte de poids, alimentation cétogène ou à index glycémique bas) ont aussi fait l’objet d’études pour moduler l’immunité systémique ou agir sur l’infertilité, le syndrome des ovaires polykystiques et les fausses couches. Ces traitements sont intéressants pour la gestion des problèmes d’infertilité puisqu’ils sont en général dénués d’effets secondaires mais il est quand même préférable de se faire accompagner par un(e) médecin nutritionniste ou un(e) naturopathe compétent.

Les Rapalogs

Les rapalogs sont les inhibiteurs naturels de mTOR. Ils sont présents dans de nombreux aliments et certaines plantes. Ils incluent :

  • La fisétine présente dans les fraises et les mangues
  • L’isoliquiritigènine que l’on trouve dans la réglisse
  • L’ECGC ou épigallo-catéchine-gallate, un extrait de thé vert
  • La curcumine présente dans la racine du curcuma
  • Le resvératrol présent dans le vin rouge et les cacahuètes
  • La quercétine présente dans les oignons, les pommes
  • La whitaferin A un principe actif de l’ashwagandha (ginseng indien)
  • L’acide ursolique présent dans le jus de canneberges, la peau de raisin, de pomme, les pruneaux, le romarin, le thym, l’origan, la lavande, la réglisse et la sauge
  • La baicaline et la baicaléine, un flavonoïde que l’on trouve dans la scutellaire du lac Baïkal

La vitamine D

La carence en vitamine D est courante chez les femmes atteintes de fausses couches à répétition. Elle concerne presque la moitié d’entre elles (47,4 %).  La supplémentation en vitamine D chez ces femmes diminue de manière significative le rapport Th17/Treg par rapport à celui des témoins. Le traitement à la vitamine D est intéressant pour la gestion des fausses couches à répétition et des échecs d’implantation récurrent puisqu’il s’agit d’une vitamine et que l’innocuité pour la grossesse est documentée avec un minimum d’effets secondaires (lien vers l’article).

D’autres compléments alimentaires peuvent être utilisés pour moduler l’immunité systémique mais pour choisir le bon complément adapter à votre situation, il est préférable de faire un typage lymphocytaire complet qui analyse différentes populations sanguines de l’immunité innée et adaptative et notamment les populations TH1, TH17, Treg et TH2 dont les déséquilibres peuvent perturber l’implantation fœtale ou le bon déroulement de la grossesse. En fonction des déséquilibres, une approche personnalisée pourra être mise en place.

Les points clés

  1. Un grand nombre de publications scientifiques accumulées au fil des ans démontrent une adaptation immunologique systémique significative pendant la grossesse.
  2. L’immunologie systémique, c’est à dire l’étude des populations immunitaires dans le sang, couplée à des résultats cliniques détaillés, permet de comprendre les déséquilibres immunitaires responsables d’infertilité, d’échec récurrent d’implantation ou de fausses couches à répétition et d’éventuellement corriger ces déséquilibres.
  3. La tolérance immunitaire pendant la grossesse est essentielle à une bonne implantation et une grossesse à terme
  4. La tolérance est médiée par les lymphocytes T régulateurs
  5. Pour connaitre son statut en lymphocytes T régulateurs, il est nécessaire de faire un typage lymphocytaire

Les analyses biologiques fonctionnelles et nutritionnelles en cas de problème de conception

Hormis les analyses prescrites par votre médecin ou votre centre PMA, vous pouvez réaliser d’autres analyses de biologie fonctionnelle et nutritionnelle auprès de laboratoires d’analyses biologiques spécialisés dans ce domaine.

Par exemple, le laboratoire LIMS-MBnext vous proposent plusieurs BIP (Bilan d’Investigation Préventive) pour améliorer votre fertilité dont le typage lymphocytaire.

Le BIP typage lymphocytaire  pour analyser l’équilibre du système immunitaire et déterminer si certaines populations lymphocytaires ne sont pas en dessous ou au dessus des valeurs santé. Si c’est le cas, cela pourrait favoriser les difficultés d’implantation de l’ovocyte après fécondation naturelle,  insémination artificielle ou FIV. Cela pourrait aussi favoriser les complications durant la grossesse comme les avortements spontanés du premier trimestre ou l’éclampsie.

Partagez cet article

Pour en savoir plus sur la prise en charge du terrain immunitaire, ses facteurs de déstabilisation et les solutions naturelles pour améliorer votre immunité, je vous invite à lire le livre suivant :

Réinventons notre immunité

Pour en savoir plus sur les méthodes anti-inflammatoires, je vous invite à lire les livres numériques suivants :

Prenez votre santé en main en adoptant une alimentation anti-inflammatoire
alimentation anti-inflammatoire
Prenez soin de vous en réveillant votre nerf vague
Prenez soin de vous en stimulant votre nerf vague

Si vous voulez en savoir plus sur les méthodes naturelles pour renforcer votre immunité et votre terrain immunitaire, je vous invite à lire

Les infections respiratoires, rhume, grippe, coronavirus. Comment se protéger au mieux ?

A propos de l’auteur

Karine Bernard

Naturopathe, formatrice, conférencière et docteur en sciences (spécialité immunologie), je suis la fondatrice de la méthode ISIS “Solutions en immunomodulation intégrative et systémique”. Je suis également à l’origine du site  immunonaturo.com, un blog dédié à la santé et au bien-être qui fait la part belle à votre système immunitaire.