Comment vos intestins vont venir au secours de vos poumons dans la covid-19 ?

L'axe intestin-poumon

Vous savez maintenant que l’inflammation excessive, non résolue est un problème majeur dans les formes graves de la COVID-19. En effet, cette inflammation excessive est notamment responsable du syndrome respiratoire aiguë. Mais saviez-vous que l’état de nos intestins peut moduler l’inflammation au niveau pulmonaire ? Dans cet article vous trouverez des solutions naturelles pour diminuer l’inflammation pulmonaire dans la COVID-19.

L’intestin, au secours de vos poumons pour diminuer l’inflammation

Comme vous le savez déjà, notre intestin est un acteur important de notre immunité. Une communauté microbienne équilibrée dans l’intestin est d’une grande importance pour la fonction immunitaire et la santé (1). Il a été démontré que les intestins affectent l’immunité pulmonaire grâce à un dialogue entre l’écosystème intestinal et les poumons, appelé axe intestin-poumon (2). Cet axe permettant la communication entre les intestins et les poumons est bidirectionnel. En effet, l’état de nos intestins modifie l’état de nos poumons et vice-versa, nos poumons peuvent aussi agir sur nos intestins. C’est-à-dire que lorsque l’inflammation se produit dans le poumon, l’axe poumon-intestin peut induire des changements dans le sang et le microbiote intestinal.

L’axe intestin-poumon

« L’axe intestin-poumon » agit comme un réseau de communication bidirectionnel. Dans un sens de nombreuses infections respiratoires sont souvent accompagnées de symptômes gastro-intestinaux (3) ou de dysfonctionnement intestinal. Dans l’autre sens, la dysbiose du microbiote intestinal est liée à des troubles respiratoires et des infections. Par exemple, l’augmentation de certaines bactéries, les clostridies et la réduction des bifidobactéries dans l’intestin sont liées à l’asthme au début de la vie (4). Un microbiote sain maintient donc un système immunitaire tolérant dans l’intestin et protège contre les maladies inflammatoires systémiques (5).

L’implication de l’axe intestin-poumon dans la pathogenèse des maladies pulmonaires constitue un domaine émergent et très prometteur (6). De plus en plus d’études indiquent que les réponses immunitaires, l’inflammation et le développement de différentes maladies pulmonaires dépendent de l’écosystème intestinal et notamment des espèces microbiennes intestinales et des métabolites qu’elles sécrètent.

Les mécanismes par lesquels l’écosystème intestinal influe sur les réponses immunitaires et l’inflammation dans les poumons, et vice versa, font l’objet d’études approfondies. Cependant, les mécanismes ne sont pas encore complètement identifiés. Ci-dessous, vous trouverez une liste des mécanismes possibles

  • Les microbes, les sels biliaires et d’autres stimuli immunitaires du tube digestif pourraient jouer un rôle vital dans l’immunité des muqueuses du système respiratoire (7).
  • La circulation sanguine reliant la niche intestinale à celle du poumon permettrait le passage d’endotoxines, de métabolites microbiens, de cytokines et d’hormones et la migration des cellules immunitaires de l’intestin vers les voies respiratoires afin de combattre les infections.
  • Les acides gras à chaine courte peuvent atteindre le poumon par la circulation sanguine pour exercer une régulation immunitaire et des effets anti-inflammatoires.
  • Les niveaux de vitamine A, D et E sont aussi des effecteurs majeurs de la réponse immunitaire aux agents environnementaux dans la lumière des voies respiratoires (8).
  • La colonisation directe des bactéries bénéfiques du microbiote intestinal dans les voies respiratoires est un autre mécanisme possible.
  • Plusieurs autres mécanismes ont été proposés tels que l’implication de certaines populations de lymphocytes T régulateurs, les cytokines et médiateurs de l’inflammation (9).

Agissez sur le microbiote intestinal

Des études récentes montrent que le microbiote intestinal a un rôle essentiel dans la médiation des réponses immunitaires dans des sites distants, y compris le poumon. Les communautés microbiennes pulmonaires et intestinales sont considérablement modifiées dans une variété de troubles respiratoires (10). Les bactéries commensales intestinales affectent probablement le processus des maladies infectieuses des voies respiratoires via une modulation immunitaire locale ou distale.

Un microbiote moins diversifié dans l’intestin augmente l’inflammation pulmonaire et la mort par infection

En effet, la réduction de la diversité microbienne dans le tractus gastro-intestinal a été suivie d’une mortalité considérablement accrue par infection virale respiratoire. Cette augmentation de la mortalité due à une infection virale respiratoire était associée à une réponse immunitaire défectueuse et trop inflammatoire. Elle est caractérisée par une augmentation de cytokines inflammatoires (IFN-γ pulmonaire, IL-6 et chimiokine CCL2) et une diminution du nombre de lymphocytes T régulateurs dans les poumons et l’intestin (11).

L’axe intestin-poumon dans l’inflammation

Il existe donc bel et bien un axe intestin-poumon dans lequel l’écosystème intestinal est capable de contrôler la réponse immunitaire et inflammatoire pulmonaire aux allergènes, aux microbes et aux virus.

L'importance d'avoir des intestins sains pour éviter l'inflammation pulmonaire

Figure sur « l’Axe intestin-poumon chez une personne dont les intestins sont en bonne santé et une autre personne dont les intestins sont inflammés » issue de l’article « Links Between Inflammatory Bowel Disease and Chronic Obstructive Pulmonary Disease »

Chez les individus en bonne santé, les intestins et les poumons abritent diverses communautés microbiennes qui comprennent principalement des bactéries des phylums Bacteroidetes et Firmicutes. Le microbiote intestinal remplit des fonctions clés telles que la génération d’acide gras à chaine courte à partir des fibres de l’alimentation. Une alimentation saine et riche en fibres favorise la santé intestinale et respiratoire.

La dysbiose microbienne conduit à une perte d’intégrité de la barrière épithéliale et à des réponses immunitaires inappropriées dirigées contre le microbiote. La dysbiose est caractérisée par un déséquilibre de la flore intestinale et peut s’accompagner d’une augmentation de la porosité intestinale et d’une inflammation locale et systémique. Certains facteurs environnementaux tels que la fumée de cigarette ou un régime alimentaire occidental ont été liés à la dysbiose microbienne intestinale et pulmonaire.

Bien que l’axe intestin-poumon commence seulement à être compris, de nouvelles preuves indiquent qu’il existe un potentiel de manipulation de cet écosystème intestinal dans le traitement des maladies pulmonaires. De nouvelles stratégies thérapeutiques qui ciblent la manipulation du microbiome intestinal et de l’écosystème intestinal par les probiotiques, les prébiotiques, les substances naturelles ou les changements alimentaires ont déjà été essayées dans diverses maladies pulmonaires. Ces approches donnent des résultats encourageants dans la plupart des cas et peuvent améliorer les réponses immunitaires (12).

L’axe intestin-poumon : une réalité à ne pas négliger dans la COVID-19

Dans la Covid 19, l’action sur l’axe intestin-poumon est une approche intéressante comme suggéré par différents auteurs. Elle pourrait nous aider à diminuer l’inflammation pulmonaire et les symptômes pulmonaires comme la toux et les difficultés respiratoires.

Covid-19 : Les intestins au secours des poumons

Figure « Représentation d’un probable « axe intestin-poumon» dans la COVID-19 » extraite de l’article « Immunological co-ordination between gut and lungs in SARS-CoV-2 infection » . L’inhalation de gouttelettes chargées de SRAS-CoV-2 expulsées d’une personne infectée entraîne la liaison du SRAS-CoV-2 à l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) et à d’autres récepteurs pour l’entrée dans les cellules hôtes. Le système immunitaire hyperactif de l’hôte libère des médiateurs inflammatoires conduisant à une « tempête de cytokines ». L’augmentation des médiateurs inflammatoires conduit à une hyperperméabilité pulmonaire de telle sorte que le virus avec les médiateurs inflammatoires via la circulation migre vers l’intestin et se lie aux récepteurs ACE2 hautement exprimés sur les entérocytes. Le SRAS-CoV-2 réduit l’expression des récepteurs ACE2 et affecte la composition microbienne et le système immunitaire de l’hôte. Les médiateurs inflammatoires perturbent la perméabilité intestinale conduisant à la fuite des microbes intestinaux et des métabolites associés dans la circulation. Les microbes et produits qui fuient par circulation migrent vers les organes, y compris les poumons, et produisent des anomalies. Une « dysbiose microbienne » est également suspectée en raison de l’observation de la diarrhée comme principal symptôme gastro-intestinal chez les patients atteints de la maladie COVID-19.

Les méthodes naturelles contre l’inflammation pulmonaire dans la covid-19

Pour maintenir des muqueuses en bonne santé, la priorité est évidemment d’avoir une alimentation équilibrée peu transformée riche en micronutriments, en fibres et en bonnes graisses de type oméga-3 de type méditérranéenne et  anti-inflammatoire . Il vous faut aussi un bon microbiote afin de produire des acides gras à chaine courte dont on connaît l’effet protecteur sur les muqueuses et l’effet immunomodulateur.

Les compléments alimentaires pour vous aider à diminuer l’inflammation pulmonaire

Une alimentation saine, équilibrée et anti-inflammatoire peut s’avérer insuffisante dans certaines situations. Il existe pour y remédier sur le marché croissant des compléments alimentaires, des spécialités qui contribuent au maintien de muqueuses normales.

J’ai moi-même eu l’occasion de tester PERMEA REGUL®+ des laboratoires COPMED sur de la toux sèche persistante depuis plusieurs semaines suite à une infection avec des résultats assez impressionnants puisque la toux a disparu en 24h.

Ce produit contient des fibres d’acacia aux effets prébiotiques qui améliorent la production d’acides gras à chaine courte aux effets immunomodulateurs. Il contient aussi des substances anti-oxydantes comme le L-glutathion et le marc de raisin riche en polyphénols, de la glutamine et du zinc pour la fonction des entérocytes mais aussi des cellules immunitaires et des substances naturelles anti-inflammatoires comme le curcuma, et les gamma-oryzanols.

Perméa régul formule sans fodmap des laboratoires COPMED

Les gamma-oryzanol, présents dans le son du riz asiatique (Oriza sativa), sont des polyphénols antioxydants dont la quantité et la qualité varient en fonction de la variété et du cultivar du riz. Le γ-oryzanol extrait du son de riz est en fait un mélange de dix molécules organiques différentes (13). Les avantages biologiques du γ-oryzanol ont été étudiés de manière intensive. En particulier, ses activités antioxydantes et anti-inflammatoires ont bien été documentées (14),(15).

L’activité anti-inflammatoire du γ-oryzanol est médiée par des effets directs et aussi probablement indirects via une action sur le microbiote. Son action anti-inflammatoire directe se fait par inhibition du facteur de transcription pro-inflammatoire NF-κB dans les macrophages, un facteur qui joue un rôle important dans l’exacerbation de l’inflammation.

En conclusion prenez-soin de vos intestins pour des poumons plus performants et moins malades.

En conclusion, prenez soin de l’axe intestin-poumon cet automne et cet hiver surtout si l’infection descend sur les poumons et que vous avez une toux persistante ou une gêne respiratoire. Cela ne vous dispense pas évidemment d’aller consulter votre médecin, de perdre du poids si nécessaire et de travailler sur votre terrain général. Surtout, n’oubliez pas d’adopter une alimentation anti-inflammatoire car nous savons à quel point, elle participe à la résolution de l’inflammation et peut vous préserver de l’obésité, du diabète, de l’hypertension et des maladies cardiovasculaires, les facteurs de risque principaux dans la COVID-19.

Pour en savoir plus sur les méthodes anti-inflammatoires, je vous invite à lire les livres numériques suivants :

Prenez votre santé en main en adoptant une alimentation anti-inflammatoire
Prenez soin de vous en réveillant votre nerf vague

Si vous voulez en savoir plus sur les méthodes naturelles pour renforcer votre immunité et votre terrain immunitaire, je vous invite à lire

Les infections respiratoires, rhume, grippe, coronavirus. Comment se protéger au mieux ?

A propos de l’auteur

Karine Bernard

Naturopathe, formatrice, conférencière et docteur en sciences (spécialité immunologie), je suis la fondatrice de la méthode ISIS « Solutions en immunomodulation intégrative et systémique ». Je suis également à l’origine du site  sur l’immuno-naturopathie au quotidien, un blog dédié à la santé et au bien-être qui fait la part belle à votre système immunitaire.