Six étapes pour réparer le syndrome de l’intestin poreux

Intestin perméable - leaky gut

Le syndrome de l’intestin poreux est un syndrome reconnu depuis peu de temps par la communauté scientifique. Il n’est pas encore reconnu par la majorité du corps médical et pourtant il serait lié à de nombreux symptômes et de nombreuses maladies. Il pourrait être lié à de nombreuses pathologies humaines1, notamment les maladie inflammatoires de l’intestin (MII), le syndrome du côlon irritable (IBS), les maladies alcooliques du foie (stéatose et cirrhose), le NASH (foie gras non lié à l’alcool), le diabète de type 1 et de type 2, certaines arthrites, la dépression, la migraine, l’autisme, etc. Dans cet article, je vous décris qu’est-ce que le syndrome de l’intestin poreux et ce que vous pouvez faire pour l’éviter.

Qu’est-ce que le syndrome de l’intestin qui fuit?

La muqueuse intestinale est l’interface entre notre corps et le milieu extérieur au niveau intestinal. Alors que la peau est constituée de multiples couches de cellules ce qui la rend relativement étanche et résistante à l’abrasion, dans les intestins notre muqueuse (barrière vis-à-vis de l’extérieure) est composée d’une seule couche de cellule pour faciliter l’absorption des nutriments ce qui la rend fragile. Elle subit en permanence de multiples agressions qui viennent de l’alimentation, des polluants environnementaux (pesticides) et des microbes (virus, bactéries, levures) et de nombreux médicaments ce qui peut aboutir à une destruction de cette muqueuse et notamment des joints présents entre les cellules appelés les jonctions serrées. Cela peut entrainer des ouvertures dans cette muqueuse et une rupture de perméabilité, ce qu’on appelle l’intestin perméable ou le syndrome de l’intestin poreux ou « leaky-gut » en anglais.

Quelle est la fonction de la muqueuse intestinale

La barrière ou muqueuse intestinale empêche l’entrée dans l’organisme de micro-organismes pathogènes et de substances toxiques tout en permettant l’absorption des nutriments, des électrolytes et de l’eau. Cette fonction compliquée est permise par un écosystème intestinal complexe dont la fonction est de préserver l’intégralité de l’organisme. Cet écosystème intestinal est composé de la muqueuse intestinale (une seule couche de cellule) mais aussi du microbiote et d’une barrière immunologique fonctionnelle interne. D’un point de vue structurel, cet écosystème multicouche comprend de l’extérieur vers l’intérieur une couche de bactérie (le microbiote), une couche de mucus, une monocouche de cellules épithéliales interconnectées par des jonctions serrées et la barrière immunologique composée de nombreuses cellules immunitaires. Une barrière intestinale intacte empêche la pénétration d’antigènes, d’endotoxines, d’agents pathogènes et d’autres substances pro-inflammatoires dans le corps humain, tandis que la désintégration de la barrière intestinale permet leur entrée, ce qui peut déclencher une inflammation et des maladies locales ou systémiques.

Qu’entraine l’ouverture des jonctions sérrées ?

L’ouverture des jonctions serrées entraîne l’entrée de pathogènes infectieux, de toxines et de protéines alimentaires mal digérées. Le tractus intestinal peut ainsi devenir une importante voie d’entrée pour des bactéries, des virus ou des levures telles que les levures Candida. L’entrée de toxines va épuiser les capacités de détoxification du foie qui ne pourra plus détoxifier correctement les molécules produites par l’organisme comme les œstrogènes ou les médicaments. Certaines toxines passent la barrière hémato-encéphalique et peuvent perturber nos humeurs (déclencher de l’anxiété, de la dépression, des pulsions sucrées). Enfin, les protéines alimentaires non digérées vont stimuler le système immunitaire qui va produire des anticorps qui peuvent être à l’origine de réactions allergiques immédiates ou retardées ou de maladies auto-immunes. Le déferlement de pathogènes, toxines, protéines alimentaires provoqué par l’ouverture des jonctions serrées dépasse les capacités du système immunitaire, nous rend réactif à des substances jusqu’ici bien tolérés, entraîne un dysfonctionnement du système immunitaire (maladies allergiques, auto-immunes et inflammatoires) et la formation accrue de complexes antigène-anticorps qui se déposent au niveau des membranes synoviales articulaires ce qui provoque une inflammation, des douleurs et une destruction de l’articulation.

Zoom sur les jonctions serrées

Les cellules sont collées les unes aux autres un peu comme les parpaings dans un mur par des jonctions serrées qui permettent l’adhésion des cellules épithéliales entre elles. La structure moléculaire de ces jonctions serrées est complexe. Elles sont constituées d’une cinquantaine de protéines, appelées claudines, occludines, cadhérines, zona-occludens, etc. ! Ces protéines assurent la cohésion et la solidité de la barrière intestinale et colique, en s’intercalant entre les cellules épithéliales. La jonction serrée assure l’adhésion entre les cellules épithéliales et permet ainsi à la muqueuse de constituer une véritable barrière de protection entre le contenu de l’intestin et notre organisme, en le protégeant des aliments mal digérés, des métaux lourds et des microbes présents dans la flore intestinale notamment les bactéries, virus, champignons et parasites. Les jonctions serrées régulent l’absorption paracellulaire (entre les cellules) qui se limite, dans les conditions physiologiques, à une faible quantité de petites molécules (eau, sels, minéraux)2.

Un ou plusieurs coupables ?

Découverte en 2000, une protéine a pour fonction d’ouvrir cette barrière intestinale, en désassemblant les protéines de la jonction serrée, c’est la Zonuline3. Sa sécrétion excessive est responsable de l’hyperperméabilité intestinale. La sécrétion de Zonuline est activée lorsque l’intestin est exposé à un déséquilibre de la flore intestinale avec une croissance excessive de certains micro-organismes (bactéries ou champignons) dans le microbiote. Elle est aussi activée en présence d’un certain nombre de substances médicamenteuses (comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens), certains agents de chimiothérapie ou différents toxiques comme les pesticides, les métaux lourds dont le mercure4 et les PCB (polychlorobiphényles)5. Certains peptides alimentaires tel que la gliadine,  présente dans le gluten peuvent aussi activer la zonuline. La perméabilité intestinale, la résistance à l’insuline, les taux de triglycérides, d’acide urique et d’Il-6 (une cytokine pro-inflammatoire) sont étroitement corrélés aux concentrations de zonuline dans l’intestin et dans le sang6.

Et le microbiote dans tout ça ?

De nombreuses études ont montré l’effet bénéfique de certaines bactéries qui appartiennent principalement à la famille des bacteroidetes sur le maintien de l’intégrité des jonctions serrées. Ces études démontrent aussi l’effet pernicieux d’autres populations bactériennes qui appartiennent plutôt à la famille des firmicutes et qui sont responsables de la fragilisation des jonctions serrées.

Quelle est la méthode utilisée pour mesurer la perméabilité intestinale ?

La perméabilité intestinale est une caractéristique fonctionnelle de la barrière intestinale qui peut se mesurer en analysant les taux de flux de molécules inertes à travers la paroi intestinale, ce qui a été précisément défini par le consensus d’un groupe d’experts à Francfort / Allemagne en juin 2012. La méthode la plus utilisée pour mesurer la fonction de barrière épithéliale est avec le test au lactulose / mannitol. Le mannitol est transportée par la voie trans cellulaire alors que le lactulose est absorbé par la voie paracellulaire. En cas d’augmentation de la perméabilité, plus de lactulose traverse la barrière et se retrouve dans l’urine par la suite. Par conséquent, une augmentation de la perméabilité intestinale est caractérisé par un rapport augmenté lactulose  sur  mannitol dans les urines (Zhou et al., 2009)(van Nieuwenhoven et al., 1999).

Quels sont les signes qui pourraient montrer que vous êtes atteint de ce syndrome ?

Etant donné que peu de médecins et hospitaliers mesurent la perméabilité intestinale, vous pouvez vous demander, à juste titre, quels sont les signes qui pourraient montrer une telle perméabilité. L’un d’entre eux pourrait être la présence de multiples sensibilités alimentaires. Les protéines et les aliments partiellement digérées peuvent s’infiltrer dans votre muqueuse intestinale et pénétrer dans votre circulation sanguine, ce qui provoquera une réaction allergique.

D’autres signes qui peuvent vous alerter sont la fatigue, les éruptions cutanées (acné, eczéma), les douleurs articulaires ou musculaires, les problèmes neurologiques (migraines, anxiété, dépression).

Quels sont les conséquences sur le long terme d’un intestin qui fuit

Selon le Journal of Diabetes, de nombreuses preuves indiquent que les fuites intestinales sont une cause majeure de maladies auto-immunes, notamment le diabète de type 1 4.

Un autre problème avec l’intestin qui fuit est qu’il peut provoquer une malabsorption des minéraux et nutriments essentiels, y compris le zinc, le fer et la vitamine B12.

Quelles sont les causes de l’intestin qui fuit?

Il existe de nombreuses causes de perméabilité intestinale:

  • Une mauvaise alimentation contenant des mauvaises graisses, un excès de sucre et des additifs alimentaires qui détruisent la muqueuse intestinale.
  • Des déficiences en micronutriments protecteur de la barrière intestinale.
  • Un stress chronique, une mauvaise digestion, un manque de récupération, manger sur le pouce, des horaires décalées pour s’alimenter.
  • Une surcharge de toxines et toxiques (les hormones sexuelles, certains médicaments comme la pillule, les anti-inflammatoires, les anti-acides)
  • Un déséquilibre du microbiote

Quelques causes alimentaires

L’excès de sucre

L’excès de sucre nourrit la croissance des levures, des candidas et des mauvaises bactéries qui endommage vos intestin. Les mauvaises bactéries créent en fait des toxines appelées exotoxines qui endommagent les cellules saines et peuvent faire des trous dans votre paroi intestinale et stimuler le système immunitaire.

La gliadine du gluten

La gliadine est une protéine présente dans le gluten du blé, du seigle et de l’orge qui résiste aux enzymes de la digestion.  Une étude de 2015 a établi de manière certaine que la gliadine (et donc le gluten) altère la barrière intestinale. Les auteurs de cette étude7 ont conclu que la gliadine augmente la perméabilité intestinale chez tout le monde qu’il y ait ou non la présence d’une maladie cœliaque.

Les autres facteurs qui peuvent augmenter la perméabilité intestinale

Le stress chronique

Il affaiblit votre système immunitaire et votre système neuroendocrinien au fil du temps. Cela peut diminuer votre capacité à maitriser l’inflammation chronique. L’inflammation chronique peut endommager vos intestins. Pour réduire le stress, je recommande de dormir davantage, de planifier certains exercices de respiration chaque jour, de pratiquer régulièrement de l’exercice physique doux, de vous mettre à la terre de façon quasi journalière.

Les toxines

Nous entrons en contact avec plus de 80 000 produits chimiques et toxines chaque année et nous consommons soi-disant l’équivalent d’une carte banquaire en plastique chaque semaine.  Les pires ennemis de l’intestin sont les antibiotiques, les pesticides, l’eau du robinet, l’aspirine et les AINS (anti-inflammatoire non stéroïdiens). Je recommande l’achat d’un filtre à eau de haute qualité pour éliminer le chlore, le fluor, les pesticides et les métaux lourds.

La dysbiose

Enfin, l’une des principales causes de perméabilité intestinale est une affection appelée dysbiose, ce qui signifie un déséquilibre entre les espèces de bactéries bénéfiques et nocives dans votre intestin. Pour beaucoup, ce déséquilibre peut commencer à la naissance en raison d’une césarienne ou parce que la mère n’avait pas elle-même un intestin sain. La surutilisation des antibiotiques dans l’enfance, de l’eau du robinet avec du chlore et du fluor et le manque d’aliments riches en probiotiques contribuent à ce déséquilibre entre les bonnes et les mauvaises bactéries.

Les conséquences du syndrome de l’intestin poreux sur le cerveau

L’intestin qui fuit a été lié à d’autres troubles psychologiques tels que l’anxiété, la dépression, les troubles bipolaires, l’autisme et la migraine. En effet il existe une communication bi-directionelle entre le cerveau et les intestins. Dans un sens nos émotions affectent nos intestins et notre capacité à sécréter des fluides digestifs ou la motilité intestinale (l’avancement du bol alimentaire entre la bouche et l’anus). Dans l’autre sens, l’état de nos intestins affecte notre cerveau et peut prédisposer à de la fatigue, un certain mal-être, une hypersensibilité, de l’anxiété, de la dépression ou d’autres maladies neurologiques.

Pour prendre en charge ces maladies neurologiques, vous devez donc prendre en charge l’intestin poreux.

Mon plan en six étapes pour garder des intestins en bon état

La bonne nouvelle est qu’il existe une solution pour guérir les intestins qui fuient. Il existe un processus en quatre étapes qui comprend:

  1. Le retrait des aliments et des facteurs qui endommagent l’intestin
  2. La correction des déficiences en micronutriments qui peuvent augmenter l’hyperperméabilité intestinale
  3. L’augmentation de la consommation de certains aliments bons pour vos intestins
  4. La réparation avec des suppléments spécifiques si nécessaire
  5. Le rééquilibrage avec des probiotiques et prébiotiques
  6. La mise en place d’exercices pour rééquilibrer le système nerveux neurovégétatif

Voici le protocole que j’ai utilisé avec mes patients au fil des ans qui leur a permis de voir des résultats incroyables.

En conclusion

Il y a déficience de la fonction de barrière lorsque la muqueuse intestinale devient perméable. L’ouverture de la brèche crée une déferlante d’intrus que le corps ne peut plus gérer. La déficience de la fonction de barrière entraîne une suractivation de notre système immunitaire et génère une réaction inflammatoire chronique qui est la base de nombreuses pathologies chroniques. Dans la majorité des cas, la perméabilité intestinale précède l’apparition de la maladie et favorise la cascade de réactions aboutissant à la réponse inflammatoire et/ou auto-immune (production d’anticorps contre ses propres organes). C’est le cas dans de nombreuses maladies inflammatoires intestinales, articulaires, auto-immunes8. La perméabilité intestinale précède aussi les pathologies du foie non alcoolique9, les maladies rénales10 et bien d’autres maladies inflammatoires1. Il est donc indispensable de maintenir des intestins en bon état.

  1. Fukui, H. Increased Intestinal Permeability and Decreased Barrier Function: Does It Really Influence the Risk of Inflammation? Inflamm. Intest. Dis. 1, 135–145 (2016).
  2. Capaldo, C. T., Powell, D. N. & Kalman, D. Layered defense: how mucus and tight junctions seal the intestinal barrier. J. Mol. Med. Berl. Ger. 95, 927–934 (2017).
  3. Fasano, A. et al. Zonulin, a newly discovered modulator of intestinal permeability, and its expression in coeliac disease. Lancet Lond. Engl. 355, 1518–1519 (2000).
  4. Kawedia, J. D. et al. The protein kinase A pathway contributes to Hg2+-induced alterations in phosphorylation and subcellular distribution of occludin associated with increased tight junction permeability of salivary epithelial cell monolayers. J. Pharmacol. Exp. Ther. 326, 829–837 (2008).
  5. Choi, Y. J. et al. Polychlorinated biphenyls disrupt intestinal integrity via NADPH oxidase-induced alterations of tight junction protein expression. Environ. Health Perspect. 118, 976–981 (2010).
  6. Moreno-Navarrete, J. M., Sabater, M., Ortega, F., Ricart, W. & Fernández-Real, J. M. Circulating zonulin, a marker of intestinal permeability, is increased in association with obesity-associated insulin resistance. PloS One 7, e37160 (2012).
  7. Hollon, J. et al. Effect of gliadin on permeability of intestinal biopsy explants from celiac disease patients and patients with non-celiac gluten sensitivity. Nutrients 7, 1565–1576 (2015).
  8. Michielan, A. & D’Incà, R. Intestinal Permeability in Inflammatory Bowel Disease: Pathogenesis, Clinical Evaluation, and Therapy of Leaky Gut. Mediators Inflamm. 2015, 628157 (2015).
  9. Ilan, Y. Leaky gut and the liver: a role for bacterial translocation in nonalcoholic steatohepatitis. World J. Gastroenterol. 18, 2609–2618 (2012).
  10. Lau, W. L., Kalantar-Zadeh, K. & Vaziri, N. D. The Gut as a Source of Inflammation in Chronic Kidney Disease. Nephron 130, 92–98 (2015).

A propos de l’auteur

Karine Bernard

Naturopathe, formatrice, conférencière et docteur en sciences (spécialité immunologie), je suis la fondatrice de la méthode ISIS « Solutions en immunomodulation intégrative et systémique ». Je suis également à l’origine du site  sur l’immuno-naturopathie au quotidien, un blog dédié à la santé et au bien-être qui fait la part belle à votre système immunitaire.